Annulation du cours 21 et 22/09

Les vendredi 21 septembre 2018 et samedi 22 septembre 2018, nos cours risquent d’être impactées par la tenue des ateliers/conférences/débats du Festival America qui se tient en partie à Sorano.

Plus d’informations bientôt !

Publicités

Ainsi parlait Imaï Masayuki soke

Imai Masayuki senseiLe 10e Grand Maître de la Hyoho Niten Ichi Ryu, Imaï Masayuki soke, m’a donné cette photographie. Je le remercie pour les cours qu’il m’a donnés et je vis ses conseils et son exemple chaque fois que je prends mon sabre.

Imaï soke nous a quitté le 6 mars 2006.

Novembre 2001, nous étions chez lui et prenions le thé. Je lui demandais alors une photographie de lui; Il sortit son livre de souvenirs et me dit : « Choisis ! » Je feuilletais quelques pages puis pointais le doigt vers ce portrait. Avec le même sourire que sur la photo, il me tendit l’image que je voulais garder de lui.

Plus tard, je m’interrogeais sur mon choix. Qu’avais-je exprimé ? Quelle orientation avais-je suivie ? Quelle étoile appelait ma recherche ?

On voit le sabre dans un coin du cadre mais ce dernier est tout entier occupé par une masse sombre dont sort un visage porté par un sourire radieux. L’âge marque les traits quand deux fentes ouvrent sur un regard qui ne possède pas de fond. Un élément de toit nous indique que nous sommes au Pays du Soleil levant.

Au-delà de la joie évidente, j’entends, je perçois, j’écoute un effort de justification, une volonté de justifier qui traverse l’homme. Justifier signifie faire juste, rendre le juste, œuvrer au juste. L’image montre le fruit de l’ascèse, j’en ressens la graine, les racines, l’aubier, la grume, le cœur, la sève.

Cet homme qui traversa le 20e siècle, qui vécut les bouleversements du Japon et les soubresauts du Continent asiatique, cet enfant d’une période déjà lointaine interdit un moment l’entrée de son école à un jeune Américain en mémoire des bombes atomiques qui dévastèrent et irradièrent une partie de son pays quand le vieil homme ouvrit ensuite la porte à tous, sans exception pour peu qu’ils aient la fibre et la discipline du sabre.

« Pour peu qu’ils aient la fibre et la discipline du sabre » est resté pour moi le cadre de mon action. C’est Imaï soke qui m’encouragea à enseigner son art en Europe. Il regarda, observa et vit en moi des qualités que j’ignorais posséder. Son sourire fut un rappel constant de sa foi en moi. « Pour peu » est pourtant beaucoup et parfois trop pour certains élèves qui èrent sur la Voie, déguisés en samouraï, en samouraï-garou ou en Doc samouraï. Nous sommes certes à l’ère des mangas et séries pixellisées mais je reste pour ma part à l’argentique de cette image. Plus encore, mon maître était de chair, sa voix parlait à mon oreille, nos baguettes plongeaient dans les mêmes plats. Je suis son exemple pour l’avoir vécu. Ce fut un trésor. Cela le reste et je le garde vivant chaque jour, par l’exercice bien dirigé.

Je le vois et je l’entends m’exhorter : « Plus fort, plus en avant. Pousse le souffle, Ikioï ! »

 

 

Qu’est-ce qu’une étude du sabre ?

DSC02434Photographie Nguyen Thanh Thien © 2018

Nguyen Thanh Thien : Une chose difficile à comprendre aujourd’hui est qu’on ait besoin d’une pratique d’une vie pour étudier une koryu. Aujourd’hui, tout le monde veut aller vite. Qu’est-ce qui peut être construit rapidement ? Et à l’opposé, qu’est-ce qui peut être construit avec lenteur ?

Iwami soke : Musashi employait le terme de Tanren. « Tan » signifie entraînement pendant mille jours. « Ren » signifie entraînement pendant dix mille jours.
Mille jours équivalent à trois ans.
Dix mille jours équivalent à dix ans.
Cette notion implique que nous ayons à nous exercer pendant toute notre vie.

Stage national kenjutsu 8 janvier

DSC_9686Le stage mensuel nous fait pénétrer en profondeur dans l’exploration des formes et de l’énergie. Photographie Nguyen Thanh Khiet © 2016

Thèmes :

  • Haritsuke Itto seiho
  • Haritsuke Kodachi seiho
  • Jodan Nito seiho

Date : 8 janvier 2017
Horaire : 15h30-19h30
Lieu : COSEC 29 rue des 2 piliers
95350 Saint-Brice-sous-Forêt
Page du dojo

Bulletin d’inscription ci-dessous (obligatoire)

Lire la suite

Stage 4 décembre : Nagashi Uchi

Keiko Yokoshiro_68Iwami soke sur Nagashi Uchi, Kodahi seiho. Photographie de Bruno de Hogues © 2005

J’étudie les seiho qu’Iwami soke m’a transmis. Je me souviens des cours qu’il me donnait. Certains étaient collectifs, d’autres privés. Quelques uns furent avec la porte fermée. Ce que j’ai reçu, je le transmets de la même manière. Ceci est mon intention.

Keiko en terre inconnue

Keiko Miyajima_Japon 2005_01Keiko à Itsukushima jinja. Bruno de Hogues © 2005

Tout le keiko tient en une difficulté. Il s’agit de s’avancer vers l’improbable, l’inattendu, l’inespéré.  Comme je m’avance vers le maître, je me mets au défi de la maîtrise. Je me projette dans la vision du maître, vers ce qu’il perçoit, dans ce qu’il comprends. Je le fais au moyen du sabre, par la force du courage, par la puissance de ma sincérité.

Vivre l’exemple

Niten Japon 2006_079Hidari Waki Kamae, Nito seiho, Iwami Toshio soke et Nagaoka Naoyuki senseï, cérémonie pour le duel entre Sasaki Kojiro et Miyamoto Musashi. Nguyen Thanh Thien © 2006

Hyoho Niten Ichi Ryu transmet la forme et l’esprit du sabre de Musashi. Nous nommons cela le kokoro,  coeur, de Musashi. Iwami soke rappelait : « Il faut apprendre le coeur, ensuite le sabre. » Cela ne signifie pas qu’il faut déborder de sentiments mais aller au plus profond. Cela n’implique pas d’être insensible, ce serait une erreur funeste. Il suffit d’observer l’exemple des maîtres, puis de le vivre.

Samedi 4 décembre, nous étudierons en stage Hidari Waki Kamae.

Fidélité

Niten Japon 2006_078Hidari Waki Kamae, Nito seiho, Nagaoka Naoyuki senseï, cérémonie pour le duel entre Sasaki Kojiro et Miyamoto Musashi. Nguyen Thanh Thien © 2006

Selon le Bukoden, ce serait le Seigneur Nagaoka qui sollicita la faveur d’un duel entre Sasaki Kojiro et Miyamoto Musashi auprès du Seigneur Hosokawa. Le Seigneur Nagaoka hébergea Musashi jusqu’à son duel. Il en était un fervent soutien.

Sur la photographie, nous voyons un de ses descendants, Nagaoka Naoyuki senseï lors d’une démonstration en mémoire de ce combat dont son aïeule fut l’initiateur.

Notre sabre est une fidélité à la mémoire, une mémoire que nous vivons et faisons revivre à chaque effort. Chaque keiko, cours, est un retour vers le futur car, à chaque fois, nous cultivons l’esprit de Musashi et de ses élèves au présent.

Au prochain, cours, nous avons rendez-vous avec ces figures historiques, avec ces exemples de générosité, avec nos maîtres passés, présents et futurs.