Le champ des pistes

Apprendre par le corps, 3e partie

Publicités

Nous n’avons pas peur

Je fais actuellement un cycle de conférences sur le thème « Art du sabre, paix intérieure, paix civile ». Je l’ai vécu comme une nécessité. Il me fallait dire publiquement que les arts martiaux par leur étude de la force et de son juste emploi s’oppose fondamentalement aux abus de violence, aux faux prétextes pour faire régner la terreur, pour se repaître de la crainte d’autrui.

L’attentat de Manchester hier fait suite aux attaques ici en France, mais aussi ailleurs en Europe et bien plus partout où des hommes désirent un pouvoir gorgé de sang.

Les arts martiaux ont conduit le Bouddha à comprendre la libération comme on sort d’une immobilisation, d’une contrainte faite à notre condition par notre ignorance même. Le karma est une leçon de guerrier qui énonce que nous devons vivre les conséquences de notre action comme autant d’ondes sur la surface de l’eau. Celui qui se plaît à la douleur d’autrui s’enchaîne aux liens de la douleur. Croyant s’en faire le maître, pensant servir la Cause des causes, il ne fait que s’aplatir devant son idole.

J’ai persévéré dans ce cycle de la parole sur les arts martiaux, soutenu par un public régulier et attaché au mieux-comprendre pour le mieux-vivre. J’espère faire ma part pour éteindre cette immonde incendie.

Le sabre enseigne ceci : « Nous n’avons pas peur. »

Après avoir introduit le sujet, j’aborde ensuite le 1er thème : Apprendre par le corps

Toujours aller de l’avant

Comme cette rivière, puissé-je toujours aller de l’avant comme cette rivière. Ainsi parle Maître Kong. Ce jour-là, j’invitais mes élèves à pousser le souffle comme cette eau qui coure. Ce n’est pas le travail habituel. Dans notre école, l’enseignement s’adapte aux élèves, aux circonstances, au jour.