48 commentaires sur le Gorin no Sho

Un commentaire est une explication qui voyagerait à dos d’âne.

Je suis un samouraï

Je suis un samouraï né dans la province Harima, et mon nom est Shimmen Musashi no-kami, Fujira-no-genshin. Je suis âgé de soixante ans. J’ai prêté attention aux Voies de la tactique dès ma jeunesse et j’eus mon premier duel à l’âge de treize ans. Pour ce premier duel, mon adversaire était Arima Kihê, bon sabreur de l’école Shintô que j’ai vaincu… Lire la suite

Après Musashi

Mais passé le cap des trente ans, je me mis à réfléchir sur ma vie et pensais:  » Mes victoires ne provenaient pas de la supériorité de ma tactique, mais plutôt de qualités innées chez moi grâce auxquelles je ne me suis pas écarté des meilleurs principes. Peut-être bien aussi que mes adversaires manquaient de … Lire la suite

Le temps a passé, combien d’efforts ?

« Depuis ce moment-là je n’ai plus aucune Voie à rechercher et le temps a passé. J’ai appliqué les principes de la tactique à tous les domaines des arts. En conséquence, dans aucun domaine, je n’ai de maître… Lire la suite

Comprendre certainement n’est pas créer une certitude

« En général, la tactique est la loi des samouraïs et ce sont surtout les officiers qui la pratiquent, mais les simples soldats eux-mêmes doivent la connaître. Dans le monde d’aujourd’hui aucun samouraï n’a compris d’une façon certaine la Voie de la tactique. »… Lire la suite

As time goes by

Tout d’abord, pour donner un sens clair de la Voie, je dirai: dans le bouddhisme la Voie vient en aide aux hommes; dans le confucianisme la Voie corrige les Lettres; dans la médecine la Voie guérit les maladies; certains poètes enseignent la Voie de la poésie; les artistes, les tireurs à l’arc ou les gens … Lire la suite de

L’accès à la dignité de sa Voie

En premier lieu, les samouraïs sont familiers avec deux voies: les Lettres et les arts militaires. C’est en cela que consiste leur Voie et même s’ils ne sont pas dignes d’Elle, les samouraïs doivent porter tous leurs efforts sur la tactique militaire selon leur grade. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Porter … Lire la suite de

Dans l’instant de l’exercice

Lorsque je réfléchis à ce que doit être un samouraï, je suis convaincu qu’il doit être intime avec l’idée de la mort, mais la Voie de la mort n’est pas le seul fait des samouraïs. Les bonzes eux-mêmes, les femmes, les paysans, même les gens appartenant aux plus basses classes de la société doivent savoir … Lire la suite de

Etendre le domaine de la compréhension

En Chine et au Japon ceux qui pratiquaient cette Voie étaient traditionnellement appelés experts en la tactique. Quant aux samouraïs ils ne peuvent se passer de l’étudier. De nos jours, des gens vivent en se prétendant tacticiens, mais ils se limitent en fait à l’escrime…Lire la suite de

De fioritures en bénéfice quelconque

Lorsque je regarde autour de moi, je constate que tout le monde fait commerce de l’art, que les hommes eux-mêmes sont considérés comme des marchandises, que l’on ne fabrique des objets que dans le but de les vendre. Prenons par exemple une fleur et un fruit. On donne souvent moins d’importance au fruit qu’à la … Lire la suite de

Les parallèles

En général, il y a quatre états de vie : samouraïs, paysans, artisans et commerçants…Lire la suite de

Le trait

Un général est en quelque sorte un maître-charpentier. Les généraux ont le sens des dimensions du monde, ils corrigent les mesures d’une province et connaissent les membres d’un clan. C’est la Voie d’un général (Maître)…Lire la suite de

Les miettes de la leçon

Pour édifier un bâtiment le maître-charpentier utilise différentes qualités de bois. Il utilise des bois rectilignes sans noeuds, du meilleur aspect pour la partie réservée à la réception, mais utilise un bois rectiligne plus massif, même ayant quelques noeuds pour les parties privées. Il utilise du bois sans noeuds et de belle apparence, bien que … Lire la suite de

Avec application

Lorsqu’un maître charpentier engage des ouvriers charpentiers il doit s’enquérir de leurs capacités : supérieures, moyennes, ou inférieures. Il les utilisera soit pour aménager le tokonoma ou bien à la construction du seuil, des linteaux et plafonds, etc. Ainsi chaque ouvrier charpentier trouvera sa place. Les moins bons seront poseurs de plancher et les pires, … Lire la suite de

Savoir établir un plan et l’appliquer

Rendement, beau travail, ne pas prendre les choses à la légère, ne pas perdre de vue l’idée générale, savoir distinguer le degré supérieur, moyen ou inférieur de l’énergie de chacun, donner l’élan et savoir où commence l’impossible sont la règle d’or que chaque maître-charpentier doit avoir en tête. Il en va de même pour le … Lire la suite de

Le perfectionnement de la main

Les soldats sont comme les charpentiers. Le charpentier polit ses outils, il fabrique toutes sortes d’instruments qu’il range dans un coffre propre à tous les charpentiers. Il reçoit les ordres de son maître, taillade les poutres à placer verticalement ou horizontalement, façonne les alcôves et étagères, grave et sculpte, prend soigneusement toutes les mesures, prête … Lire la suite de

La rose du matin

Le métier de charpentier exige que l’on possède des outils bien appropriés et il est très important de les entretenir dès qu’on a un moment. Seul le charpentier est capable de fabriquer en bois, à l’aide de ses outils: tabernacles, rayonnages, tables, lampes, planches à découper, ou couvercles. Il en va de même pour les … Lire la suite de

De l’analogie

Les charpentiers ne doivent jamais perdre de vue : précision dans l’exécution, concordance de toutes les parties de l’ouvrage, utilisation parfaite d’un rabot, refus du tape à l’oeil, prévision des dégradations possibles. C’est là le point le plus important pour eux. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : « Les étudiants (du sabre) ne … Lire la suite de

Il suffit

Si les lecteurs veulent étudier bien cette Voie de la tactique il faut qu’ils aient bien en tête tout ce que j’écris dans ce livre et y bien réfléchir. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Musashi s’adresse aux lecteurs. Il ne s’adresse pas à ses élèves. Pour les membres de son école, … Lire la suite de

Elémentaire, mon cher…

J’ai divisé cet ouvrage en cinq chapitres : Terre, Eau, Vent et Vide dans le but d’exposer séparément les caractéristiques propres à chaque sujet. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Musashi met en ordre sa pensée du sabre. Il recourt à une classification par éléments. Lorsqu’il pratique, il répond aux situations et … Lire la suite de

La borne et le chemin

Tout d’abord le chapitre Terre. J’y expose la Voie générale de la tactique et la raison d’être de mon école. Si l’on se borne uniquement à l’escrime, on ne peut atteindre la vraie Voie. Il faut connaître tout, de l’ensemble jusqu’aux détails, et évoluer du moins profond au plus profond. Comme l’on trace un chemin … Lire la suite de

Like the ripples from a pebble

Deuxième chapitre Eau. L’eau est une très bonne image pour faire comprendre notre principe. Il faut rendre notre esprit semblable à l’eau. L’eau prend la forme des récipients qui la contiennent, qu’ils soient carrés ou ronds. L’eau peut se réduire à une goutte ou atteindre la taille d’un océan. L’eau qui se trouve au fond … Lire la suite de

L’action immédiate

Claude HERRADA @ 2015 Troisième chapitre Feu. Ce chapitre traite de combats. Le feu peut-être grand ou petit. Il est extravagant. Comparativement au feu je décris ici plusieurs combats. Quant aux méthodes de combat, celles qui sont utilisées dans les combats singuliers peuvent être appliquées à des milliers de combattants. Il faut bien considérer la … Lire la suite de

La Voie du perspicace

Quatrième chapitre Vent. J’ai intitulé ce chapitre « Vent » parce qu’il est question non seulement de notre école mais aussi de tactiques d’autres écoles. Si j’utilise ici le mot « Vent » [en japonais, vent = aspect, allure, caractéristique] c’est parce que l’on a coutume de dire « le vent ancien » [aspect ancien, du passé] , « le vent de … Lire la suite de

Tout naturellement

Cinquième chapitre Vide. J’ai intitulé ce chapitre « Vide », mais le vide, où commence-t-il, où finit-il ? Lorsque l’on possède complètement une théorie alors il faut s’en détacher. La Voie de la tactique est une voie libre. Tout naturellement, on parvient au prodige. Tout naturellement, on acquiert un rythme selon l’instant. Tout naturellement, on frappe et … Lire la suite de

Ecole des deux sabres

A propos des deux sabres, tous les samouraïs, qu’ils soient officiers ou soldats, portent à la ceinture deux sabres. Autrefois, on les appelait « le grand sabre » et « le sabre ». Aujourd’hui, on les appelle « sabre » et « wakizashi » [en français: petit sabre; mais la traduction littérale est : porté sur le côté]. Je n’ai pas besoin d’expliquer … Lire la suite de

Libre des circonstances

D’un type différent des lances et hallebardes, par leur maniabilité en toutes circonstances, les sabres peuvent être conservés à tout moment à portée de la main. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Musashi est ici très concis : une phrase pour dire un principe des arts martiaux. Le sabre peut être utilisé … Lire la suite de

Rejoindre le principe

Dans notre école, dès l’entrée, on exerce la Voie en ayant constamment les deux sabres en main. C’est là la caractéristique de notre école. Lorsque nous rencontrons la mort en cours de combat, il vaut mieux que ce soit en utilisant toutes les armes dont nous disposons. Il est contraire à notre principe de mourir … Lire la suite de

L’exemple du sensei enseigne

Mais lorsque nous avons quelque chose dans chaque main, il est difficile de les manoeuvrer aisément ensemble sur la droite et sur la gauche. Le but de notre école consiste à manoeuvrer d’une seule main le grand sabre. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Cela s’apprend dans le dojo. Pour cela, les … Lire la suite de

Dans les marécages, les rizières pleines de boue et sur un chemin caillouteux, sur un terrain en forte pente ou au milieu d’une mêlée

Si cela est hors de question pour les lances, hallebardes et armes de grandes dimensions, par contre le sabre et le petit sabre sont maniables chacun d’une seule main. Il est difficile de manier un sabre à deux mains lorsque l’on se trouve à cheval. Cela est difficile lorsque l’on est en train de courir. … Lire la suite de

S’attaquer au ciel

Pour n’importe qui, prendre pour la première fois un sabre en main semble pesant et de maniement difficile. Toute chose abordée pour la première fois est difficile, par exemple tendre un arc, manier une hallebarde. Au fur et à mesure que l’on se familiarise avec une arme, on la manie plus facilement. Par exemple dans … Lire la suite de

1er point

 Un maniement rapide n’est pas l’essentiel de la Voie de sabre. Je traiterai de ce sujet dans le chapitre « Eau ». Manier le grand sabre lorsque l’on dispose de beaucoup de place et le petit sabre dans un endroit étroit: c’est là le premier point de la voie du sabre. Extrait du Gorin no Sho, … Lire la suite de

Ikioï !

Dans notre école il faut vaincre, que l’on ait une arme longue ou une arme courte. La longueur d’un sabre ne nous importe donc pas. Volonté de vaincre par n’importe quelle arme : c’est la Voie de notre école. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Dès le premier cours, l’élève ne peut … Lire la suite de

En tête

Nous préférons utiliser deux sabres plutôt qu’un seul lorsqu’un homme seul se trouve face à plusieurs adversaires ou bien lorsque nous désirons capturer vivant un adversaire. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Musashi considère une situation ou un objectif particuliers. Il indique que, lorsqu’il entre dans le combat, il vise d’abord un rapport … Lire la suite de

1, 2, 3, 10 000

Je n’exposerai pas tout cela en détail maintenant. Il faut que les lecteurs connaissent à l’aide d’un cas dix mille exemples. Si l’on parvient à la Voie de la tactique, on ne manque pas de les connaître tous sans exception. Il faut bien avoir tout cela en tête. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi … Lire la suite de

Du sabre, déduire la suite

Yasmine © 2014 Dans cette Voie, celui qui manie bien le sabre est appelé « tacticien ». Dans la Voie des arts martiaux, celui qui tire bien à l’arc est simplement appelé « tireur », celui qui tire bien au fusil est appelé « bon tireur ». Lorsque l’on manoeuvre bien une lance, on est appelé « lancier »; lorsque l’on se sert … Lire la suite de

Bon jour

Quant aux Voies, il y a celles des confucianistes, bouddhistes, artistes, professeurs de maintien et danseurs. Chez les samouraïs, les Voies ne sont pas séparées les unes les autres. Même si l’on n’appartient pas à une Voie déterminée, si on approfondit et élargit sa propre Voie, alors on peut rencontrer cette autre Voie. Dans tous … Lire la suite de

L’ombre du regard

Passons maintenant à la question de l’efficacité des diverses armes. On peut avoir à se servir de n’importe quelle arme selon les circonstances de la vie. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Après avoir stipulé qu’ « il est important que les hommes se polissent bien, chacun dans sa propre Voie », Musashi évoque … Lire la suite de

L’oeil du chasseur

Chokodo, la Voie droite. Salman © 2015 Le petit sabre est adapté aux endroits étroits ou bien lorsque le corps de l’adversaire est proche. Le sabre convient en toute circonstance. La hallebarde est moins adaptée que la lance aux champs de bataille. La lance peut y prendre l’initiative mais la hallebarde y est souvent dominée. … Lire la suite de

Du champ au terrain

A droite du Col d’Azet, Vielle-Aure. Nguyen Thanh Thien © 2015 Cependant, pour n’importe quelle arme, si l’on se contente seulement d’en éprouver l’efficacité dans une salle d’exercice, en se perdant dans des détails faisant oublier la vraie pratique, alors celle-ci deviendra inutile dans un combat. L’arc, quant à lui, est bien adapté aux stratagèmes … Lire la suite de

Tout simplement

Iwami soke et C. Watkin. Bruno de Hogues @ 2004 De nos jours, l’archerie et tous les arts militaires sont pleins de fioritures mais il n’y a presque rien derrière. Les arts militaires de cette sorte ne peuvent servir dans les moments d’urgence. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Il y a … Lire la suite de

Quand il ne suffit plus

Iwami soke, Dokugyo An. Nguyen Thanh Thien © 2013 Rien n’est mieux qu’un fusil pour se battre depuis une forteresse. Même sur un champ de bataille, l’importance du fusil vient avant celle de la mêlée. Mais une fois la mêlée commencée, le fusil ne suffit plus. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire … Lire la suite de

Retour

Photographie de Henri Cartier-Bresson Une des qualités du tir à l’arc est la possibilité de suivre le trajet de la flèche ce qui permet au tireur de corriger son tir alors qu’une balle de fusil est invisible. C’est là un défaut du fusil. Réfléchissez-y bien. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : Il … Lire la suite de

Avec le temps

Porte d’un jardin ouvrier délaissé. Nguyen Thanh Thien © 2015 Quant au cheval, l’essentiel est qu’il soit fort et endurant et ne présente aucune singularité. En somme, il faut que tout soit solide: cheval bon trotteur, sabre et petit sabre tranchants, lance et hallebarde transperçantes, flèches et fusil robustes. Tout doit être indestructible. Extrait du … Lire la suite de

Outrance

L’oeil du moment. Nguyen Thanh Thien © 2013 Il ne faut s’attacher avec outrance ni à des armes ni à des outils. Excès, insuffisance sont pareils. Inutile d’imiter les autres. Possédez les armes et les outils qui sont à votre portée. Que l’on soit officier ou simple soldat il n’est pas bien d’aimer certaines choses … Lire la suite de

Le pouls

Nagaoka sensei et Nguyen Thanh Thiên, keiko au Yokoshiro Taikan, Kokura. Bruno de Hogues © 2005 En toute chose, il y a rythme. Dans le cas particulier du rythme de la tactique, on ne peut l’atteindre sans s’exercer. Extrait du Gorin no Sho, Miyamoto Musashi Commentaire : L’oreille est l’organe qui permet de contacter le … Lire la suite de

Mountain high, river deep

Un dojo extérieur. Nguyen Thanh Thien © 2015 Dans les affaires abstraites également, c’est le rythme qui domine. Prenons comme exemple la vie d’un samouraï. Elle peut se diviser en rythme des degrés de son ascension, rythme de sa situation décadente, rythme du moment où tout marche bien pour lui, ou rythme du moment où … Lire la suite de

Le clepsydre élémentaire

Nagaoka sensei et Nguyen Thanh Thien, Sugao no Taki. Bruno de Hogues © 2005 Plusieurs sortes de rythmes se remarquent dans la tactique. Il faut d’abord connaître le rythme concordant, puis comprendre quel est le rythme discordant. Il faut savoir discerner le rythme qui sied bien, le rythme à saisir selon l’occasion et le rythme … Lire la suite de

Le rythme selon l’instant

Cinquième chapitre : Vide. J’ai intitulé ce chapitre « Vide », mais le vide, où commence-t-il, où finit-il ?. Lorsque l’on possède complètement une théorie alors il faut s’en détacher. La Voie de la tactique est une voie libre. Tout naturellement on parvient au prodige. Tout naturellement on acquiert un rythme selon l’instant. Tout naturellement on frappe … Lire la suite de