La Voie du Cœur

DSC_0875Photographie de Nguyen Thanh Khiêt © 2017

Préambule à la 1ère conférence, Saint-Brice 12 janvier 2017

J’ai ressenti une urgence à présenter la Voie du Sabre à l’automne 2016. L’été dernier, nous faisions un stage dans la montagne et, entre épicéa et bruyère, nous avons appris l’attentat du 14 juillet à Nice. J’ai compris à ce moment qu’il me fallait sortir du bois, et redescendre des hauteurs de l’étude pour dire la vérité des arts martiaux, celle d’un apprentissage, d’un passage par le feu de la violence incontrôlée et d’une navigation vers une terre de paix qui serait la sortie de la violence. Lire la suite

Stage kenjutsu 5 février : Haritsuke et Jodan

DSC_9686Le stage mensuel nous fait pénétrer en profondeur dans l’exploration des formes et de l’énergie. Photographie Nguyen Thanh Khiet © 2016

Errata : j’ai tellement pensé au thème de ce stage et j’ai fini par croire que nous l’avions fait en décembre ! Hier, nous avons étudié Moji Gamae Itto, Moji Gamae Kodachi et Migi Waki Gamae Nito.

Donc nous reprenons en février les thèmes initialement prévus pour janvier :

  • Haritsuke Itto seiho
  • Haritsuke Kodachi seiho
  • Jodan Nito seiho

Date : 5 février 2017
Horaire : 15h30-19h30
Lieu : COSEC 29 rue des 2 piliers
95350 Saint-Brice-sous-Forêt
Page du dojo

Bulletin d’inscription ci-dessous (obligatoire)

Lire la suite

Le sabre de Musashi à Saint-Brice !

DSC_9660 (5)Photographie de Nguyen Thanh Khiet © 2016

Article de Guillaume Torrent paru sur Saint-Brice Magazine Janvier 2017 Page 4 : Actualités Surtitre : Arts martiaux

Apprendre à maîtriser le cœur avant le sabre. C’est à ce vaste programme que vous convie l’école de sabre de Musashi, Hyoho Niten Ichi Ryu, au travers d’un cycle de conférences.

À écouter Philippe Nguyen, on comprend rapidement que le sabre japonais est un art de vivre, mêlant le corps et l’esprit, et avant tout un message de paix. Arrivé à Saint-Brice en 1976, il a créé l’association Hyoho Niten Ichi Ryu France en 2004 : « J’ai été l’élève d’Iwami senseï, grand maître de sabre, au Japon et j’ai organisé, avec l’appui de la municipalité, un stage regroupant 70 participants d’une dizaine de nationalités. Il s’agissait d’une première en Europe. Nous avons ensuite organisé un deuxième stage en en 2005 puis un troisième en 2011 ». Saint-Brice-sous-Forêt a été précurseur dans la propagation de l’art du plus célèbre samouraï , Miyamoto Musashi, et se place comme le berceau de cette discipline en France et en Europe ! Philippe Nguyen, qui a débuté le judo à l’âge de huit ans, a ensuite pratiqué l’aïkido avant de se tourner vers les arts anciens, comme le sabre, qui sont toutefois très ancrés dans le présent. Un art qu’il transmet aujourd’hui à ses élèves.

Maîtriser la violence pour trouver la paix

Philippe Nguyen, qui donne des cours de sabre japonais le dimanche après-midi à Saint-Brice, se lance dans une nouvelle aventure à laquelle vous êtes conviés. Il présentera une série de conférences sur le sabre et la paix intérieure et civile, dès le jeudi 12 janvier, à 20h30, à la Maison des Associations : « Nous connaissons des temps troublés où les esprits sont en recherche de repères. Certains se tournent vers la spiritualité, d’autres vers des sports de combat violents. Nous devons nous interroger sur la place de la violence dans notre monde civil ». Comment aborder le conflit et en sortir ? C’est la problématique du sabre japonais : « L’art martial débute et finit par un salut, qui marque la sortie de la violence. Entre combat et méditation, cette discipline demande une grande maîtrise et amène à une réflexion sur notre monde ». Lors de ces conférences, Philippe Nguyen s’appuiera sur des éléments liés à l’art du sabre, son propre parcours et l’actualité.

Saint-Brice, place forte du sabre japonais

Philippe Nguyen souhaite également faire connaître le rôle majeur et précurseur de Saint-Brice-sous-Forêt : « L’enseignement du sabre de Musashi est un des trésors du Japon. L’enseigner est un honneur et une manière de répondre à la générosité de la municipalité qui a permis son implantation en France et en Europe ». La France compte de nombreux pratiquants d’arts martiaux et c’est un vrai prestige, au Japon, d’y avoir enseigné. « La pensée française, basée sur le concept thèse-antithèse-synthèse, est un formidable parallèle avec le sabre japonais où il faut entrer, se maintenir et sortir du conflit », ajoute-t-il. Dépasser la frontière entre l’esprit, le sabre, le corps et la violence, c’est aussi le message que délivre cet enseignement. « Notre attention nous sert de protection. Sans maîtrise, la puissance est inutile. Notre école est basée sur cette philosophie. Il faut avancer, faire preuve d’ardeur au combat sans agressivité », conclut Philippe Nguyen.

Guillaume Torrent

Infos pratiques

Rendez-vous, à 20h30, à la Maison des Associations, au 5 bis rue de la Forêt, pour participer aux conférences :

  • le jeudi 12 janvier
  • le jeudi 9 février
  • le jeudi 9 mars
  • le mercredi 30 mars
  • le jeudi 11 mai
  • le jeudi 8 juin

Plus d’informations sur : nitenichiryu.wordpress.com

Les miettes de lumière

DSCF9985Étudier, c’est vite cueillir les miettes de lumière avant que l’obscurité ne les mange. Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

Bonjour, Sensei.

Je débute chaque matinée par la lecture d’un passage du « livre des cinq roues » : c’est ma « marche dans le désert ». Évidemment, la plupart des textes me sont incompréhensibles, bien que simples en apparence, parce que rédigés dans un style direct.
Toutefois, au risque de me fourvoyer, je souhaite vous faire part de mon impression que Me Musashi évoque l’étude (de toute voie) comme quête de l’essentiel, de l’efficacité plus que de la perfection. Au terme de « perfection », il me semble que « répétition » (l’acte répété indéfiniment) correspond d’avantage.
Un abîme de sagesse ! Mais peut être une erreur de lecture colossale de ma part. Aussi, vos lumières peuvent encore une fois m’éviter de prendre la mauvaise direction.

Merci pour tout le temps que vous consacrez à répondre à mes questions de béotien. Je vous adresse mes meilleures pensées, pour vous et votre famille, en cette période de fêtes de fin d’année. Iki oï !

Lire la suite

Par le corps comme terrain, comme espace, comme moyen

DSCF9753Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

Bonjour, Sensei.

Je m’interroge sur une traduction en français de « sassen ». D’ailleurs, cette technique est étonnante : à la fois esquive et déroutante pour l’adversaire, car elle déstabilise son équilibre, son rythme et sa cadence, le tout dans une simplicité gestuelle redoutable (et beaucoup plus facile à dire qu’à faire … la route est longue !). Comme si on renvoyait l’énergie de l’adversaire en le « désignant » du sabre. Elle me semble également uniquement applicable au sabre : je ne me vois pas pointer du doigt mon adversaire dans un combat à main nues pour le désorienter :-)) mais il doit exister des approches similaires dans les autres disciplines, dans le même esprit et différentes en même temps. Non, décidément, je pense que « sassen » est unique et indissociable du sabre et de son esprit.

Qu’elle est donc la nature exacte de « sassen » ? Sa traduction peut-elle aider  la compréhension de cette nature …

Merci pour vos lumières.

Lire la suite

Stage international Saint-Brice 2005

Stage Niten - France 2005Photographie de Bruno de Hogues © 2005

Le 2e stage international eut lieu à Saint-Brice en 2005. Iwami soke retrouva ses élèves européens et transmis encore plus l’art du sabre de Musashi. Il témoigna une attention sans faille à chacun, ici avec Nguyen Thanh Thien qui enseigne encore aujourd’hui au COSEC.

Stage Niten - France 2005Photographie de Bruno de Hogues © 2005

Saint-Brice a été le berceau de notre école de sabre en Europe et donc en France. Ici, avec des élèves français et suisse.

Stage Niten - France 2005Photographie de Bruno de Hogues © 2005

Le temps du stage, le gymnase Lionel-Terray devient un dojo.

Stage Niten - France 2005Photographie de Bruno de Hogues © 2005

La cérémonie de fin de stage se termine par une démonstration et une remise de certificat de présence.

48 commentaires sur le Gorin no sho

Rentrée 2015, je commence une série de 48 commentaires sur le Gorin no Sho. Je les ai joints en une seule page pour en faciliter la lecture.

Je vous remercie pour votre intérêt.

N’oubliez pas :

Étudiez et appliquez !

Quelques pensées :

Telle est l’exigence du tao que l’on ne peut en parler que si on est dessus. Musashi le souligne : il a voyagé et vécu en homme de sabre.

 

L’unification avec la Voie agit « d’elle-même » si un questionnement correct a débuté, si la décision est prise, si les conditions de temps sont respectées. Il ne s’agit nullement d’une pensée magique mais d’un processus que Musashi a vécu et qu’il pense généralisable à tout homme qui emprunte la Voie du sabre.

 

Musashi énonce que sa Voie traverse le temps mais ne se fixe ni à une origine, à un évènement ou à sa transcription. Elle est un reflet comme la lune se reflète dans le cours de l’eau, sans fond ni substance.

Le sabre de vie

DSCF9625Paris 11e, jeudi 10 novembre. Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

Aujourd’hui, en ce jour anniversaire d’un bain de sang, je tiens à rappeler la devise de Paris : « Fluctuat nec mergitur », je flotte mais ne coule pas.

Le sabre que je pratique, celui que j’aime, celui de Musashi, est un sabre de vie. Il est un sabre engagé, vivant dans cette terre nouvelle, dont Paris est la capitale.

Ce sabre est à sa place en cette ville de la joie de vivre. Il peut fléchir mais ne rompra pas. Il suit la recommandation du 10e successeur de Musashi, Imaï soke, qui rappelait à ses élèves :

Iki Oï ! Poussez le souffle !

Cette atmosphère, chère à Arletty et à Jouvet, garde une jouvence éternelle, une poésie du réel qui se rit des offenses et des attaques. Tous ensemble, avançons avec joie dans cette ville du bon vivre ensemble.

Vivre et survivre

DSCF9639Paris 11e, jeudi 10 novembre. Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

Le devoir du samouraï est de vivre et survivre.

Iwami soke

Je suis allé au restaurant jeudi soir, au restaurant Le Triangle. La vie continue, la joie est au rendez-vous. Vivre et survivre est un devoir. Le triangle est la première figure qui dépasse l’opposition.

Vivre la leçon au plus près

DSCF9708« L’image de l’arbre n’est pas l’arbre mais, pour celui dont les pieds sont sur la Voie, l’image de l’arbre est l’arbre. »* Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

Un élève  du Kaze no Tani Kan m’envoie ces questions :

Je m’interroge au sujet des images employées pour faciliter l’assimilation des concepts. Par exemple, je me souviens de l’image de la « dent du tigre », de l’armure du guerrier (peut être en lien avec la « chemise de fer » du taichi ?), « regarder la montagne », et bien entendu … « pousser le souffle » !

Toutes ces images sont autant de repères sensoriels utilisables dans l’apprentissage. Aussi, pourriez-vous m’indiquer certaines images ou métaphores qui vous sont particulièrement importantes et que vous pouvez partager ?

Lire la suite