2e jour du Musashi Trek

vallondestibereUn dojo d’extérieur comme le territoire de Vielle-Aure en regorge, Vallon d’Estibère. Photographie de Nguyen Thanh Thien ©2002

Comprendre la manière de marcher de Musashi et sa manière de regarder, saisir comment le seiho régénère, tels sont les enjeux du dojo d’extérieur. Ce dojo d’extérieur, par la prise d’altitude qu’autorise la montagne, change la hauteur que prennent nos idées et nos actes.

Le dojo est selon moi le lieu où vit l’exemple des ancêtres, la maison des maîtres, la porte vers un pays de miel et de lait. Cette terre si haute qu’elle exige de nous efforts et sueur nous fait ressentir que nous sommes invités, que nous en avons les devoirs et que nos actes doivent encore plus s’élever. Par sa rudesse extrême, cette terre modifie la portée du seiho, le chemin du sabre de Musashi.

Le dojo d’altitude hisse notre regard, plus qu’à notre habitude, et nous rend humbles, plus qu’à notre convenance.

Consultez notre page consacrée au Musashi Trek.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s