Les routes du corps, 1ère partie

routesducorps1ePhotographie de Nguyen Thanh Thiên © 2016

Conférence de Nguyen Thanh Thiên du 9 février 2017 à Saint-Brice sous Forêt

Sujet : Rechercher par le corps
Extrait 3 :

Je voudrais faire une expérience de l’esprit. C’est une démarche de recherche que l’on retrouve chez Einstein quand il suggère que nous montions dans un vaisseau voyageant à une vitesse proche de celle de la lumière. Ceci n’est pas possible mais envisageable à titre de démonstration. Pour mon expérience de l’esprit, nous sommes au temps de la pensée qui utilise les concepts et nous revenons au temps d’avant, au moment où les concepts n’étaient pas encore en usage, l’époque précédant leur invention. Il me semble que l’on pensait par symbole.

Revenons encore avant quand les symboles n’étaient pas encore inventés et qu’il n’y avait que des figures. Allons plus vite et venons-en à ce temps où nous n’avions que le corps comme champ d’étude, outil d’étude et moyen d’étude. En ce temps, faisant avec ce qu’il possédait, l’homme allait vers le Monde par son corps. Aujourd’hui, l’enfant découvre le Monde par le corps jusqu’à l’âge de 12 ans puis passe à une représentation intellectuelle du Monde. Les arts du corps auxquels appartiennent les arts martiaux relèvent de ces disciplines anciennes qui véhiculent des connaissances anciennes.

On voit le corps réagir et souvent les personnes pensent que des sensations du corps naissent des émotions. Ainsi l’odeur d’une madeleine rappelle à Marcel Proust une époque de son enfance, elle réveille une âge entier par une seule sensation, par un baiser qui nous cueille en un sommeil profond. Je pense pouvoir aller plus loin. Le corps donne plus que des sensations et des émotions.

Le corps trace des routes, une carte, un Monde. Prenez-vous en exemple. Vous vous inscrivez à un cours, si possible à un cours de sabre… c’est mieux. Sinon, qu’importe le type de cours. Il vous suffit de découvrir votre équilibre, les postures en usage dans cet discipline. Vous choisissez vos appuis, la disposition de vos membres, la position de votre tête. Vous créez une unité du corps, vous percevez votre corps, vous le sentez devenir plus uni, revenir au un. Vous le comptez comme un. Cet « un » possède une amplitude articulaire, une tonicité musculaire, un souffle, une endurance, une puissance qui lui sont propres. Toutes ces qualités, vous allez les apprécier puis les améliorer avec l’aide du professeur et avec le temps et l’énergie que vous allez y consacrer.

Selon votre amplitude, vous saurez ce qui vous est accessible et ce qui n’est pas vous, ce qui est au-delà de vous en tant qu’acteur, ce qui vous est hors d’atteinte. Selon votre amplitude gestuelle, vous aurez la mesure du possible, la compréhension du possible. Le possible devient une catégorie de pensée issue du corps, elle est présente dans votre corps, elle est ce qu’énonce votre corps. Il s’agit alors d’une notion la plus intime qui soit, qui vous est singulière. De votre corps naît un objet de pensée unique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s