L’origine de la leçon

DSC_0866Photographie de Nguyen Thanh Khiêt © 2017

Je ne sais pas si, sur cette photographie prise lors de la 1ère conférence, je traverse un moment de doute ou d’intense ferveur, si je m’aperçois que le sujet traité est bien plus vaste que je ne l’avais envisagé de prime abord, si je viens de me tromper sur le nom du 3e avatar d’Indra et que je m’attends à essuyer ses foudres.

Ce que je sais, c’est que lorsqu’on réfléchit, quand on aborde le champ de notre savoir, on est frappé par l’étendue de ce qui nous dépasse. Alors, on lève les yeux au ciel, où que l’on soit.  Il y a une attitude physique d’humilité du penseur devant la présence de ce qui reste in-compté et in-conté.

Aborder un seiho, un exercice du sabre de Musashi, c’est gravir le Mont Iwato et s’incliner devant l’esprit du Bouddha de la Compassion. En termes d’aujourd’hui, je dirais qu’il faut avancer d’un pas à chaque leçon, et selon mes mots, qu’à chaque cours, il faut puiser encore l’eau de la leçon originelle, celle qu’un jour Musashi lui-même adressa à son 1er élève.

Le regard levé, je dirige mon attention et mon effort vers ce 1er instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s