La détermination comme début

Je suis à l’origine venue pratiquer l’Aikido avec vous grace à l’histoire des quatre pattes du tigre. J’ai demandé à suivre les cours de Niten par curiosité et un peu par hasard à l’origine. J’avais pratiqué l’Aikido pendant un an (il y a 12 ans de cela) et du Taichi Chuan pendant deux ans. Mais je ne connaissais pas du tout le Niten et tout se que je connaissais de l’art des samouraïs était le film « les 7 samouraïs »:-).

Je viens maintenant au cours de Niten car j’ai découvert une discipline qui au-delà de l’aspect sportif et martial m’apporte aussi une discipline et philosophie de vie.

Ce qui est le plus marquant pour moi dans la pratique du Niten est la détermination nécessaire dans chaque geste. Le fait de libérer son énergie par la voix n’est pas quelque chose de naturel dans notre monde quotidien. Si cela déstabilise au départ, c’est finalement une façon libératrice de montrer sa détermination. J’apprécie que la détermination doit être présente dans tous les mouvements du Niten et qu’il n’y a jamais de geste de recul. Je me rend compte que j’apprécie d’autant plus de pratiquer à deux avec les anciens qui montrent particulièrement leur détermination dans la voix, les mouvements et le contact au sabre.

Après la pratique du Taichi Chuan, je retrouve avec plaisir la précision des gestes, des postures, de l’architecture du corps. Je retrouve d’autant plus cette exigence de précision qu’elle est accompagnée de gestes très épurés dans le Niten. La répétition des mêmes techniques au fil des cours permet ce travail de précision sans se perdre dans la mémorisation d’une forme longue.

J’apprécie beaucoup l’esprit de la pratique qui allie discipline, humilité sans pour autant oublier de sourire. Je me rend compte que l’enseignement donné peut facilement s’étendre à d’autres domaines du quotidien. J’aurais tendance à dire que j’arrive facilement à m’approprier votre enseignement de l’Aïkido pour le domaine familial (je reprends notamment souvent ce que vous dites au cours des enfants pour le redire à mes enfants) et votre enseignement du Niten dans la sphère professionnelle. J’essaye régulièrement de me rappeler au travail qu’il faut être humble et que chacun peut nous apporter quelque chose, même un débutant. J’essaye aussi de me rappeler que comme au Niten, il n’y a jamais d’abandon, ce n’est pas une option. Même dans un mouvement en arrière il faut garder l’intention d’avancer.

J’apprécie particulièrement le cours du mardi du fait que l’on a plus le temps an une heure trente d’aller dans le détail des gestes mais aussi de l’enseignement que vous donnez aux anciens sur l’enseignement. L’enseignement du kodachi est aussi très appréciable et je vous remercie de nous l’enseigner si tôt dans notre apprentissage. J’ai plus de facilité avec le kodachi de ressentir le sabre comme étant un prolongement de moi du fait de sa petite longueur.

Une autre raison très annexe pour laquelle j’apprécie de pratiquer le Niten et le fait que je suis fière de pratiquer une activité qui soit peu commune. Après avoir eu mes enfants, je recommence seulement à pouvoir penser aussi à moi. Et c’est valorisant de ne pas faire comme monsieur tout le monde. Même si cela n’est pas très rationnel, je suis aussi fière d’avoir mes bokkens.

J’espère que vous aurez compris que je suis très motivée et que j’espère bien pratiquer le Niten pendant de nombreuses années.

J’espère ne pas être hors sujet dans ma compréhension du Niten. Il est beaucoup plus que cela mais j’ai encore tellement à apprendre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s