Tout va à l’eau

Il faut pénétrer l’étude. Le sabre va de l’avant, les mains, les bras ; le corps tout entier entre dans le geste. Il n’y a pas de « talon d’Achille », une partie qui resterait sur la berge, tout va à l’eau.

Pour le menton, je dois ce détail à Maître Ricard Pous Cuberes qui le tenait d’Imaï soke, sous une autre forme.

Il faut vivre le détail, chaque petit point, et le lier au tout et à l’esprit de Musashi. C’est ainsi que j’ai appris d’Iwami soke.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s