Présent à la présence des autres

Making of, 3e partie

Cette partie de l’embu fut la plus problématique à mettre en œuvre. Il fallait que tous agissent au même moment sans voir celui qui est tout devant et qui donne la mesure. Musashi nous dit de percevoir ce que les yeux ne peuvent voir. Ce fut tout l’enjeu.

Au début, certains essayèrent de recourir à une astuce, d’autres se plaignirent de ne pouvoir suivre sans voir, etc. Il fallut pourtant que tous acceptent la difficulté de l’exercice et que nous avancions tous ensemble. Aujourd’hui, on entend : « Il faut du vivre ensemble. » Dans la Torah, aux Proverbes, le prophète Osée met en avant la capacité de « marcher de concert ». Mon maître, Iwami soke, disait que le senseï est le miroir de l’élève.

L’exercice est extrêmement difficile. Il ne s’agit pas de s’effacer devant le groupe. Nous devons chacun être présent à la présence des autres. Nous nous en sommes approchés, le temps d’un embu.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s