La part immatérielle

Il faut être présent à ce que faisons, surtout avec un sabre en main. Il faut aussi être présent à sa place dans l’école. Savoir l’occuper est important. Délaisser sa place revient à ne pas comprendre ce qu’est la construction d’un dojo dans sa part immatérielle, pour tous les liens qui unissent nos volontés, pour tous ces nœuds que nous tressons avec nos bokkens et qui nous attachent les uns aux autres.

C’est aussi savoir que jamais un keiko n’est fait pour nuire même à notre ennemi. Le keiko est l’affirmation d’un mieux possible. Inverser sa dynamique aboutit à perdre espoir en une paix extérieure et intérieure. J’ai vécu une guerre en tant qu’enfant et je sais le prix à payer. Je n’ai jamais pratiqué dans l’intention de nuire, d’être désagréable ou déplaisant. J’ai toujours gardé espoir. C’est pour cela que je fais keiko. J’y mets toute mon énergie et ma confiance dans le keiko et en moi, … peut-être en l’autre lorsqu’il l’aura méritée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s