Entre eau et ciel

DSCF7759Un doigt de terre qui pointe vers le ciel. Photographie de Nguyen Thanh Thien © 2016

J’ai appris d’Imaï soke qu’il faut  « pousser en avant le souffle », Ikioï ! Il me répétait ces mots à chaque leçon. Je me souviens du jour où je me suis présenté à la porte de son dojo. Face à l’écart entre sa maîtrise et ma pratique, je devais espérer et faire du pire en moi le meilleur, par le keiko, grâce au keiko, dans le keiko lui-même.

Aujourd’hui, j’espère et j’avance. Je me refuse à la paresse et à sa consolation qui est de voir le pire dans le meilleur de l’autre. L’envie, la jalousie et la médisance restent à la porte du dojo, hors du keiko.

Face à la montagne, à l’eau, au vent, au ciel, au vide, je suis l’exemple d’Imaï soke et me pénètre de la pensée élevée. Imaï soke avait répondu à une de mes questions par : « Il faut aller au temple. » A cette altitude, je comprends la direction qu’il m’a indiquée. Je la suis par le keiko.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s