Hors du dojo d’Imaï soke

Nous sommes aujourd’hui peu nombreux à avoir reçu une leçon d’Imaï soke dans son dojo privé. Qui se rappelle de l’odeur particulière du bois, du bruit de la porte qui glisse, de l’ombre projetée sur les murs ? Ce petit nombre se tait et se souvient. Parfois, un souvenir me vient que je partage avec mes élèves qui me disent plus de 10 ans après « ça, vous ne nous l’aviez jamais raconté ! »

Nous nous taisons mais parfois, il faut quand même dire les choses. Je viens de voir une vidéo où Imaï Masayuki senseï et Gosho Motoharu senseï font Nito Seiho dans ce dojo. La forme est ancienne et a évolué depuis. Nous avons pour mission de conserver, de transmettre et de rechercher. Cette tension entre conserver en l’état et l’interrogation de cet état dit la vitalité de notre étude et de notre pratique.

J’étais par contre surpris de voir plus bas dans la page un lien vers une vidéo où une élève d’un autre dojo avait collé un extrait des deux maîtres de mon école avec celle d’un examen d’un pratiquant d’une autre école  (à partir de 4′). Je suis gêné par ce collage de deux vidéos fait entre des personnes qui n’ont pas de lien entre elles, tant d’école que de niveau technique.

J’ai hésité à en faire un post. Je ne pouvais pas envoyer un mail à cette personne par absence d’adresse. J’espère qu’il s’agit d’une maladresse. Il est important que les koryu se développent en France en informant clairement le public. Il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de confusion entre les écoles, les titres et les qualités. Coller une video d’examen de grade (?) avec une présentation entre deux senseïs, l’un shihan et l’autre soke, est une indélicatesse dans le Monde du Budo.

Je crois en un manque de vigilance du senseï en cause et un manque d’étiquette de l’élève. Cela n’est pas terrible mais je pense qu’il est de notre intérêt commun de veiller à la clarté, en tout cas de l’intérêt des futurs élèves qui doivent savoir quelle est la juste place de leur senseï et de leur dojo.

J’étais le représentant pour l’Europe de 2002 à 2006 et je suis aujourd’hui celui pour la France. J’ai renoncé à une responsabilité européenne car la construction européenne était devenue un imbroglio infernal. Je suis toujours en poste en France et donc je veille à l’intérêt de ma koryu et au respect de mon maître, Imaï Masayuki soke et de ses successeurs Iwami soke et Kajiya soke.

Je suis assuré que vous saurez faire le nécessaire. Merci.

Nguyen Thanh Thien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s