Une métamorphose inversée

Keiko Sugao_Japon 2005_33Nagaoka sensei, Sugao no Taki, Kyushu, Japon. Bruno de Hogues © 2005

Le matin où Grégoire Samsa se réveilla transformé en cloporte, le fit basculer dans une vie de reclus, désocialisé et incapable de travailler ; détesté de tous, y compris de sa famille.

Dans sa nouvelle célèbre intitulée « La métamorphose », Franz KAFKA décrit les effets dévastateurs d’une métamorphose subie en une nuit comme un enfermement ; interprétée une centaine de fois, cette transformation est sans doute une allégorie de la différence, de la marginalité …

Sans réduire la nouvelle à un règlement de compte familial, KAFKA, marqué par la relation complexe et destructrice qu’il entretient avec son père, nous invite à la réflexion.

La réflexion sous-tend également l’étude au sein de la Hyoho Niten Ichi Ryu, mais à l’inverse de cet univers kafkaïen, la pratique doit être vue et vécue comme une transformation du corps et de l’esprit positive : le corps est orienté par l’esprit.

« L’élève doit chercher l’élève » selon Nguyen Thanh Thien sensei : la transformation permet à l’élève de trouver sa juste place.

Mais cette métamorphose se construit avec lenteur ; ainsi Musashi employait le terme de TANREN :

Tan signifie un entraînement pendant mille jours. Ren signifie un entraînement pendant dix mille jours.

Iwami soke

Positive et construite sur la durée : la métamorphose de notre étude est orientée à l’inverse de celle du cauchemar de Kafka !

Christophe BORG

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s