Le plus redoutable adversaire

DSCN0198
Le seiho est un combat. Angélique Porchet © 2015

Lorsque tout jeune je pratiquais le judo, j’ai appris l’esprit de compétition. Pendant les cours je répétais inlassablement les techniques jusqu’à ce qu’elles deviennent fluides et intuitives, jusqu’à ce que je n’ai plus à réfléchir pour savoir quand placer tel ou tel mouvement lorsque venait le moment du randori, ou de la compétition.

Aujourd’hui, lorsque je parle à mes amis de mon étude du sabre au sein de la Hyoho Niten Ichi Ryu, la question qui revient souvent c’est : « Mais vous ne faites pas de combat ? »
Ma réponse à cette question est invariablement la même, je combats dès que le keiko commence quand je pénètre dans le dojo, et le combat ne cesse que lorsque j’ai quitté mon kimono. L’adversaire que je combats dans ces moments est le plus redoutable qui soit : moi-même ! Quand je pratique je suis avant tout mis devant mes propres lacunes, devant ma résistance aux progrès, et c’est une rude bataille. Mais l’esprit de combativité et la volonté sont intacts parce que c’est de cette manière que nous apprenons le plus.

Se combattre soi-même est un duel épique et sans fin, mais personne ne m’a dit que c’était impossible, la Voie que nous avons choisie nous y aide, alors j’essaye. Je le fais. Et un jour je vaincrai.

Yanick Porchet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s