Bouger et étudier

DSCN0295
Sortir de la ligne de coupe pour aller en avant. Photographie d’Angélique Porchet © 2015

Comme un écrivain peut se retrouver avec l’angoisse de la page blanche, il peut arriver au pratiquant, au cours du seiho, d’oublier la technique qu’il doit réaliser, il se retrouve face à un adversaire déterminé à trancher alors que sa mémoire lui fait défaut.
Lorsque le cas se présente, il faut, comme pour toute notre pratique, penser avec son corps et non pas chercher à réfléchir. Dans la pratique, la réflexion est avant tout physique : l’adversaire coupe devant lui, le réflexe primordial est de sortir de la ligne de coupe, préserver sa vie, tout en gardant son attention et son énergie focalisées droit devant, peu importe que la technique soit brouillonne ou même un instant oubliée du moment que la volonté d’aller de l’avant reste présente.
Le sabre de l’adversaire est rapide, précis et mortel, alors quoi qu’on dise ou quoi qu’on fasse, l’essentiel est là : bouger pour étudier, bouger son corps d’un bloc pour préserver la vie.

Yanick Porchet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s