Les limbes de la leçon

7. Quand le professeur montre une technique, vous devez regarder attentivement. Après la démonstration, saluez-le, puis saluez votre partenaire et commencez à travailler sans délai. Extrait de notre Reishiki

J’aime mettre en relation cette recommandation avec le texte suivant :

« Une fois prononcés, les enseignements s’altèrent,
Car le réel est indépendant des mots.
J’enseigne aux pratiquants
Le réel où je me suis établi. »

Soûtra de l’Entrée à Lankâ, Lankâvatâra, p.80
traduction Patrick Carré, Fayard, 2006

Quand l’élève regarde le professeur montrant un exercice, il plonge le regard dans le réel du sensei. De cette plongée, il doit revenir dans le monde de ses capacités et de ses perceptions.

L’élève se risque parfois à une interprétation quand, au contraire, il lui faut établir le réel de son expérimentation de sorte qu’il puisse rejoindre celui de l’enseignant, ce « réel où je me suis établi. »

Demeurer dans les limbes hors de l’expérimentation et de la démonstration revient à perdre le sens de la leçon. Il y a une urgence à réaliser, à ancrer dans le réel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s