La Pierre et le Sabre 2, film 2014

PAR_2707
Nguyen Thanh Thien, Japon 2012

Le texte ci-dessous est un commentaire sur le contenu du téléfilm de 2014 tiré de « La Pierre et le Sabre »* de Yoshikawa, inspiré de la vie de Musashi.

Le prêtre Mikkan répond à Musashi qu’il n’a pas résolu la contradiction entre l’exercice du Budo et la spiritualité du Bouddha ;  l’opposition entre l’usage d’une violence maîtrisée et l’abstinence de toute douleur loge en son cœur.

Il me semble que l’idée même de voie apporte une solution au désarroi de l’adepte des arts martiaux. La voie passe par le lieu où se posent nos pas et en même temps touche au but comme le ruisseau est en même temps source, rivière, fleuve et mer. Dogen l’énonce encore autrement : à la question de savoir pourquoi pratiquer, il a cherché et répondu que la Voie du Bouddha est à la fois exercice et compréhension, dojo et komyo, maison d’étude et claire lumière. La dualité entre l’effort et le fruit naît du regard même de l’étudiant.

Pour renoncer à la violence, il faut étudier sa naissance, son développement et sa fin. Cela est le keiko, l’exercice bien dirigé. Ainsi je comprends le Bouddha qui fut un kshatriya, un guerrier de la caste des guerriers, formé à l’exercice du pouvoir, à l’administration de la violence sociale, politique et militaire. Parce qu’il a mesuré l’impact de nos actes sur notre devenir spirituel, le maître kshatriya Gautama Siddarhta met en avant l’acte comme puissance spirituelle, devant le rituel dont la maîtrise revient aux brahmanes. Le karma dans la pensée du kshatriya est une force modelant le monde des esprits. Le retrait vis-à-vis de la violence est à ce moment le fruit de l’étude de l’acte, le résultat de la voie du Budo mené à son terme.

Pour répondre à Mikkan, je pense qu’on ne peut rompre les liens de l’acte que par la connaissance approfondie de celui-ci, par l’ascèse du guerrier. « Ayant compris la production, j’accède à la possibilité de sa cessation. »

Ceci étant, cela devient.
Ceci n’étant pas, cela ne devient pas.

Imasmim sati, idam hoti [bhavati] ;
Imasmim asati, idam na hoti.

*1ère partie et 2e partie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s