Etape 2, constituer nos moyens

PAR_8732
Barranco de Salcorz, Alta Aragon

Chaque pas que nous faisons signe notre corps et notre esprit. Nous avançons avec force, courage, discernement. Notre enjambée est grande, notre poids se porte vers l’avant, notre regard se pose à quelques pas ou sur l’horizon. Tous ces détails énoncent les moyens à notre disposition : l’aptitude de notre physique, l’état de notre psychisme, le niveau de notre compréhension. Avant de se vouloir efficace, il faudrait s’assurer de notre performance. Cela est appelé certifier nos moyens et constitue la seconde étape de la pratique.

Six ans sont au moins nécessaires pour que ce corps qui est le nôtre devienne un corps d’arts martiaux. Certains mouvements ou telle position ne deviennent possibles qu’en développant tel groupe de muscles, telle amplitude ou tel enchaînement. Une compréhension du corps ou du sabre ne se révèle qu’avec une nouvelle organisation du geste.

Notre corps a été longtemps celui d’un métier et d’une aptitude à assurer des moyens de subsistance. Aujourd’hui, il est repoussé dans la sphère du loisir et du divertissement. Cette orientation est en opposition avec l’exigence de la discipline martiale tout en concentration de l’effort et en maintien de la persévérance. Le keiko* nous rapproche plus du lent labour que de l’exaltation des sensations fortes et de l’adrénaline du danger. Il nous faut soutenir l’effort du voyage, nourrir le cheminement sur la Voie. Il nous revient de constituer les moyens propres au budo.

*exercice

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s