Sur le souffle de nos anciens

PAR_0671
Hêtre au-dessus du Pont de Couplan

Avançant dans la pratique, j’avance en âge. De mes premiers compagnons et des maîtres qui m’initièrent, je revois des scènes et j’entends leur voix. Tout aussi importants sont ceux, nombreux, qui, hors du dojo, m’encouragèrent et me soutinrent.

Avançant, nous perdons ces êtres chers qui se couchent à leur heure, le souffle épuisé. Alors avec douleur et émotions, nous les serrons dans les bras de nos récits. Au moment de faiblir et de lâcher le sabre, nous revenons à leurs encouragements et à leurs remontrances, nous affermissons notre volonté. Sur le souffle de nos anciens compagnons et des premiers maîtres, nous reprenons le harnais. Nous tirons de l’avant la lourde charge, plus loin et plus haut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s